Challes

En novembre 1986, je fis connaissance avec ce Cadran lors de mon périple sarthois; l’état de dégradation en était assez avancé : plus de peinture, plus de chiffres horaires, quelques traces de lignes, mais un très beau Style en fer forgé avec volutes, bien conservé. La restauration de l’église entreprise par la commune permettra d’envisager le sauvetage de ce cadran. Les volontés  de Madame le Maire, de l’Association de Sauvegarde du Patrimoine de Challes et de Monsieur Latron, me permirent de réaliser avec la Société Pavy et le fresquiste A. Martin, ce cadran vertical déclinant.
Notons que lors des travaux effectués sur le pignon Ouest en reprenant une fissure, a été découvert un claveau de tuffeau gravé  d’un Cadran solaire canonial. (Challes devait donc avoir son heure solaire bien avant le XVIII è)
Il était possible en fonction de l’état de l’ancien Cadran d’introduire quelques éléments que l’on trouve souvent sur les cadrans de cette époque :
Le passage du soleil aux équinoxes, le cadran peut servir de calendrier l’ombre de la pointe du style se situant à Midi aux différents Signes selon la saison.
J’ai introduit dans le haut de la table, deux feuilles d’Acanthe, en m’inspirant des décors de motifs végétaux que l’on aperçoit à l’extérieur du chœur, la forme légère du style faisant penser que ce Cadran devait être assez agréable.

  Lignes horaires noires, Chiffres romains noirs, cadre terre de sienne brûlée, très délavée, croissant  ocre jaune(sur un support évidé), les feuilles d’acanthe fond ocre + terre de sienne naturelle et quelques traits noirs, les Signes du Zodiaque terre de sienne brûlée.   Le style a été nettoyé et protégé par l’Association  de Sauvegarde du Patrimoine de Challes.

C’est   le 6  juillet  1994  à 14 h solaire, en présence de Madame Laurent (Maire), que le style fut solidement scellé dans une ambiance conviviale. Après quelques instants de silence qui accompagnaient la prise de la résine, une ombre commençait à s’inscrire sur la table et se déplaçait de manière inexorable … le Temps passait ;  Challes retrouvait  Son Heure Solaire comme autrefois. Dans cet instant précis convergence du travail de chacun où tous nos regards se portaient sur l’ombre naissante, j’ai cru entendre, venant du mur en sa profondeur, comme le bruit d’un battement de cœur.