Le Mans – La cathédrale Saint Julien

 

Cloche des heures du XIVe siècle .

Sur les douze cloches que compte la cathédrale en 1792, dix d’entre elles sont descendues dans la cour de la Couture avant d’être emmenées à l’hôtel de la monnaie à Saumur. Deux vont y échapper, la plus grosse de 11094 livres, la cloche des heures du XIVe siècle reste dans la flèche. Dotée d’un poids de 1200 kg, diamètre 126 cm, épaisseur10 cm, chante un ré.

Elle comporte deux inscriptions : « SANCTA MARIA ORA PRO NOBIS DEUM. »

Et « SANTE ET CORPS DE PARIDIS A LAME DOINT JHSUS CRIST A TOUT HOME ET FAME QUI POUR MOI FAIRE DE CES BIENS DONE ET DE MON SON MAINTENIR PANSERA. »

 

 

Cette cloche médiévale est reposée avec son marteau mécanique à frappe lâchée, restauré, sur le sommet de la charpente du beffroi. Elle n’est plus tintée. Elle est uniquement conservée, ce qui est déjà très bien.

Cloche des heures du XVIe siècle. Photo Bodet.

 

Puis, c’est au tour des cloches Aldrique, Liboire et Protaise de prendre place sur le beffroi.

 

Cloche Aldric :

Cette cloche de 124kg, se prénomme Adric, chapelain de Louis-le-Pieux et évêque du Mans de 832 à 856. Cette cloche sonne la volée de l’Angélus.

 

Cloche Aldrique, fonte en 1859, Bollée. Photo Bodet

Cloche Liboire :

Mai 836 est une date importante pour Le Mans. Il s’agit du jumelage catholique réalisé entre le diocèse du Mans et de celui-de Paderborn. On estime que c’est là, probablement, l’un des premiers jumelages en Europe.

 

Cloche Liboire. Photo Tchorski et Bollée

Cloche Liboire. Photos Tchorski et Bollée

 

Cloche Protaise :

Le Mans 1859. Cette cloche de 125kg, avec inscriptions de deux vers latins : « Je célèbre le vrai Dieu, j’appelle le peuple, je rassemble le clergé, je pleure les défunts, je dissipe les nuages, j’embellis les fêtes. » Elle sert au tintement de l’Angélus : trois fois trois coups.

Cloche Protaise, fonte. Bollée 1859.

 

Il reste trois cloches à installer sur le premier niveau de la charpente du beffroi.

 

Cloche Gervaise :

Cette cloche de 125 kg, sonne la demi-heure.

Cloche Gervaise.

Cloche Marie :

Cette cloche de 2580 Kg, sonne l’heure sans répétition.

 

Cloche Marie.

Et enfin le bourdon Julien :

Bourdon Julien. Bollée père et fils, 1859.

Bourdon Julien. Bollée père et fils, 1859


« Après 15 ans de silence le bourdon St Julien et les six cloches, Marie, Gervaise, Protaise, Liboire, Aldrique et Médiévale ont carillonné hier. Le bourdon Saint Julien pèse 6423 kg, il a une résonnance grave et douce. Les six autres cloches pèsent de 724 kg à 2580 kg. Elles sonnent une par une et toutes-ensemble, la cloche médiévale donne l’heure. »

Articles de presse :

Maine  libre 21 Février 2014

Pour la plupart muettes depuis 30 ans, les cloches de la cathédrale vont pouvoir sonner de concert comme autrefois.
Des travaux de restauration du beffroi vont en effet être « entrepris à compter du lundi 10 mars 2014 sur la cathédrale Saint-julien du Mans », indique la Drac (Direction régionale des affaires culturelles).
Ces travaux vont consister d’une part à déposer les six cloches de l’édifice qui seront exposées à cette occasion dans le collatéral nord de la cathédrale et, d’autre part, à restaurer, consolider les charpentes en bois du beffroi et le poser sur coussins antivibratils de façon à permettre le fonctionnement du système de la volée des cloches.
Les travaux devraient durer cinq semaines et les six cloches être reposées pour Pâques, le 20 avril 2014. Le montant des travaux s’élève à 150 000 € et est financé entièrement par l’État.

Le chantier a été confié, après appel d’offres à l’entreprise Bodet (Maine et Loire).

Cloches descendues. Photo P. Deciron.

Ouest-France 25 mars

Ce matin, le bourdon, plus grosse cloche de la cathédrale du Mans, a été descendu du beffroi, qui doit être rénové. Toutes les cloches seront remontées pour Pâques.
Ce mardi matin, le bourdon, plus grosse cloche de la cathédrale du Mans, a été descendu du beffroi. Deux autres cloches, sur les sept que compte la cathédrale Saint-Julien, doivent encore descendre demain matin. Objectif: rénover le beffroi, en installant notamment des patins anti-vibrations. Le bourdon, fabriqué en Airain, pèse 6,2 tonnes, pour une circonférence de 2,15 m. Il a été fabriqué au Mans, en 1859, par l’atelier Bollée père et fils.
La plus grosse cloche de la cathédrale St-Julien est descendue sur le dallage, hier. La rénovation du beffroi va commencer.

Soulever le beffroi Ouest-France 25 Mars

Descendu minutieusement, à l’aide de treuils, le bourdon fait partie des sept cloches qui doivent être retirées du beffroi. Cinq sont déjà au sol. Les deux dernières descendent ce mercredi matin. Raison de ce transfert ? La rénovation du beffroi. « Nous allons changer quelques poutres et poser des patins anti-vibrations entre la pierre et la charpente. Ces plaques atténuent de 80 % la transmission de la vibration », explique Bernard Étourneau, directeur régional de l’entreprise Bodet, chargée du chantier, dont l’équipe va devoir soulever le beffroi, qui pèse… 32 tonnes.
Une fois le chantier terminé, les imposantes sonnantes remonteront dans leur nid, à 65 m de haut. Muettes depuis huit ans, pour des raisons de sécurité, elles doivent à nouveau retentir pour la célébration de Pâques, dimanche 20 avril. D’ici là, les cloches seront exposées aux yeux du public. Lavées avant la volée. « On a déjà brossé les cloches dans le beffroi, indique Bernard Étourneau. Ça évite de mettre trop de poussière dans la cathédrale. »

 


Ce dossier est un documentaire campanaire sur les cloches et la partie haute de la cathédrale du Mans, dans la Sarthe, en France. Ce reportage a été effectué grâce au soutien de messieurs Nicolas Gautier, de Patrick Baptis du SDAP et à l’accueil de Richard Pottier de la ville du Mans. Qu’ils en soient ici remerciés. L’ensemble du documentaire a été réalisé le 21 mars 2011, par Sandy De Wilde, Nicolas Duseigne et moi-même, les photos sont de nous trois. Un grand merci pour l’aide apportée à la réalisation de la campagne photo.

Ce documentaire est dédié à Laurie Crosnier ; à sa ville, la cité Plantagenêt.

Cette cathédrale est un ouvrage gothique d’importance. Notons que pour 283.613 visiteurs enregistrés en 2009, à quel point nous avons de la chance de pouvoir monter aux cloches. Si je puis vous en faire profiter, c’est bien là une ambition majeure et un bonheur.

Ce reportage contient les éléments suivants :
– 500 photographies classées par thématique.
– Un bref historique de la partie basse et des sources bibliographiques pour celui qui souhaiterait approfondir la question dans un but de recherche.
– Une description des parties hautes, avec une accentuation sur le campanaire.
– Un enregistrement et une analyse de partiels des cloches.